Les impressions sur papier

Abordons maintenant les impressions des messages et des pièces jointes (toujours sur la base du rapport de l’ADEME).

 

L’impression d’une pièce jointe a aussi un impact environnemental, y compris par le fait du format utilisé. Pourtant, quoi de plus simple que de lancer une impression plutôt que de lire à l’écran ? Voire de réimprimer un texte qui ne tombe pas sous la main immédiatement …

 

L’enjeu est plus subtil mais l’impression est forcément impactante, en particulier quand on utilise des impressions en couleur : opter pour les impressions recto/verso et en noir/blanc réduit significativement l’impact climatique. Quand elles sont nécessaires, les impressions en recto-verso c’est presque deux fois moins d’impact environnemental.

Le choix du noir et blanc c’est beaucoup moins d’encre, surtout si l’on imprime en mode

brouillon (et des vraies économies financières, surtout si l’on imprime avec un copieur-imprimante loué où la facturation à la page augmente d’un facteur 10 en passant du noir et blanc à la couleur).

 

Reprenons l’étude de l’ADEME et notre entreprise de 100 personnes. Diminuer de 10 % le volume d’impressions des seuls courriels reçus revient à faire l’économie de 5 tonnes d’équivalents CO2 par an et par employé de l’entreprise. Ce qui amène à trouver un point d’équilibre entre la lecture d’un même document, soit à l’écran, soit une fois imprimé.

 

 

Une production

www.acidd.com

Partager

Plus de partage : affiche, code intégration vidéo, blog…

Avec le soutien de

Partenaires